ESC_Niouze

Tout n'est que leçons et seule la connaissance protège

Peter Schwarz – Trêve de Minsk ou Pause avant l’escalade

« La trêve de Minsk: une pause dans l’escalade de la guerre » (titre original de l’article)
Auteur: Peter Schwarz – 14 février 2015 – WSWS.Org

La trêve en Ukraine, conclue après une négociation de seize heures menée à Minsk par la chancelière allemande et les présidents russe, français et ukrainien, n’est qu’une pause dans l’escalade de la guerre. Malgré la rareté des précisions ayant filtré sur l’accord, les organes de presse occidentaux ont presque unanimement déclaré que son échec était inévitable – rejetant, comme toujours, la faute sur le président russe.

En réalité, l’accord de Minsk n’a eu lieu que parce que le régime de Kiev, arrivé au pouvoir l’année dernière grâce à un putsch appuyé par l’Occident, avait de toute urgence besoin d’un répit.

L’armée ukrainienne est affaiblie par les désertions et une série de défaites. De moins en moins de jeunes gens sont prêts à ouvrir le feu sur leurs compatriotes et à mourir pour un régime qui n’a que pauvreté et chômage à leur offrir. Les seules forces prêtes au combat sont les volontaires de l’extrême-droite que le régime de Kiev peine à contrôler.

_1_a_save_donbass_people

Financièrement, l’Ukraine est en faillite. Sa production économique a chuté de 8 pour cent et ses réserves de change ont fondu à 6,6 milliards de dollars – à peine de quoi financer un mois d’importations. Immédiatement après la conclusion de l’accord, le Fonds monétaire International a promis un plan d’aide de 40 milliards de dollars au régime de Petro Porochenko qui risque d’imploser sous la pression d’une population appauvrie, lassée par la guerre d’une part et des forces de l’extrême-droite au sein de l’appareil d’État d’autre part.

En amont des pourparlers de Minsk, Washington avait fait tout son possible pour renforcer la position de Porochenko. On avait préconisé aux États-Unis la livraison d’armes et l’entrainement des soldats ukrainiens. Le président américain Barack Obama avait même téléphoné personnellement à Poutine et brandi la menace que les « le prix continuerait de monter pour la Russie » si elle poursuivait « ses avancées agressives en Ukraine. »

A Minsk, la délégation russe a fait d’importantes concessions – allant d’un « plein respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, » au transfert à Kiev du contrôle de la frontière russe. Selon les déclarations de Merkel et de Hollande, Poutine a aussi poussé les séparatistes à accepter l’accord. Quant à Porochenko, il a à plusieurs reprises menacé de répudier l’accord.

54570a4328f53da68fafa259f171aed8107538f6

Photo: ©Sputnik news Intl

Ce qui se déroule actuellement n’est pas en premier lieu une question interne à l’Ukraine ni une confrontation entre Kiev et Moscou, mais un conflit géopolitique bien plus vaste.

Washington avait financé la Révolution orange de 2004 en Ukraine et soutenu le coup d’Etat contre le président ukrainien Viktor Ianoukovitch en 2014 dans le but d’isoler la Russie et de l’éliminer en tant que rivale. Pour Washington, il ne s’agit pas seulement de contrôler l’Ukraine, mais encore d’imposer sa suprématie au Moyen-Orient où Moscou soutient le gouvernement syrien contre Washington, tout comme en Extrême-Orient où s’annonce une alliance stratégique entre la Russie et la Chine.

C’est pour ces mêmes raisons que Washington attise actuellement la guerre en Ukraine. C’est le but des livraisons d’armes proposées. Celles-ci ne permettraient pas à Kiev de gagner la guerre mais d’engager la Russie dans « une longue et vaste guerre [qui] la rendrait plus vulnérable sur d’autres flancs, comme le Nord-Caucase et l’Asie centrale rebelles » ont dit des experts militaires au journal Financial Times. « Il n’y a tout simplement pas assez de soldats russes pour mener une guerre d’usure en Ukraine,» a dit l’un d’entre eux.

L’Allemagne avait soutenu le coup d’Etat de Kiev et le régime de Porochenko car cela correspondait à son objectif d’abandonner la politique de la ‘retenue militaire’ d’après-guerre et de jouer un rôle plus important dans la politique mondiale, comme l’avait annoncé au début de l’année dernière le président allemand Joachim Gauck. En intervenant activement en Ukraine, que les armées allemandes avaient occupée durant la Première et la Seconde Guerre mondiale, la classe dirigeante s’inscrit dans la continuité de sa traditionnelle politique d’expansion vers l’Est.

Dans un premier temps, Washington et Berlin avaient agi de concert. Ils avaient collaboré étroitement pour consolider l’opposition ukrainienne, planifier le coup d’Etat de février 2014 et renforcer le régime de Porochenko. Toutefois, les récentes et agressives pressions américaines pour une escalade militaire ont provoqué l’inquiétude à Berlin.

PRUDENCE DES DIRIGEANTS DE L’UE APRÈS L’ACCORD DE MINSK

PHOTO: ©Sputnik News Intl

Si l’impérialisme allemand reste déterminé à intégrer l’Ukraine à l’Union européenne et à affaiblir la Russie par voie de sanctions économiques, il veut éviter une escalade de la guerre. Celle-ci aurait un impact dévastateur sur l’Allemagne et l’Europe tout entière qui entretiennent d’étroits liens économiques avec la Russie et dépendent d’elle pour leur approvisionnement énergétique. Une guerre durable déborderait inévitablement vers d’autres pays européens, produirait des vagues de réfugiés et déstabiliserait l’ensemble de l’Union européenne. C’est pourquoi Merkel et Hollande font campagne à Minsk en faveur d’un cessez-le-feu.

Lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, Merkel a été violemment critiquée par les responsables américains. Dans une chronique parue jeudi l’hebdomadaire Die Zeit s’était plaint: « L’impatience des Etats-Unis ne vise pas Poutine mais la chancelière Merkel. Quiconque n’accorde pas suffisamment de temps pour que la politique de sanctions de l’UE ait des effets fait le jeu du Kremlin. S’il doit y avoir une escalade, c’est celle des sanctions ! »

L’article conclut en disant, « Bien sûr, l’Occident ne doit pas être divisé. C’est la raison pour laquelle cette fois-ci, les Etats-Unis doivent s’incliner devant les dirigeants européens. »

Il est peu probable que Washington accède à cette requête.

_1_a1_UN security council

PHOTO: Conseil de Sécurité de l’ONU, ©RT.com

Ce n’est pas un hasard si la Première Guerre mondiale a éclaté en 1914 dans les Balkans. La région est un carrefour où les intérêts des puissances impérialistes se recoupent et où elles ont finalement mené une guerre qui a duré quatre ans et coûta la vie à des millions de gens. De la même façon, la crise en Ukraine révèle des tensions et des contradictions qui risquent de plonger le monde pour la troisième fois dans un holocauste sanglant qui pourrait cette fois mettre fin à la civilisation.

La Russie est la victime et non pas l’auteur de l’agression impérialiste en Ukraine, mais le régime de Poutine est totalement incapable de contrer la menace de guerre qui en résulte. Issu de la dissolution de l’Union soviétique, il incarne les couches les plus réactionnaires de la société russe. En attisant le nationalisme et en lançant des menaces de représailles militaires, Moscou risque de déclencher une guerre nucléaire mondiale.

Ces récents évènements confirment l’avertissement du Comité International de la Quatrième Internationale, fait en juillet dernier: « Le risque d’une nouvelle guerre mondiale vient des contradictions fondamentales du système capitaliste – entre le développement d’une économie mondialisée et la division de celle-ci en États-nations antagonistes et dans lesquels se trouve ancrée la propriété privée des moyens de production. »

La seule force sociale capable de contrer le danger d’une guerre est la classe ouvrière internationale. Elle doit être unifiée sur la base d’un programme socialiste et mobilisée pour le renversement du capitalisme, la cause première du militarisme et de la guerre. Tel est le programme pour lequel luttent le Comité International de la Quatrième Internationale et ses sections, les Partis de l’égalité socialiste.

(Article original paru le 13 janvier 2015)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow ESC_Niouze on WordPress.com

Tags Mots-clés

# Astronomy # BenDavidson # Education #France #GouvSecret # HAARP # InvisibleSchool # Life # Mind #news #Politique # Psy # SolarSystem # Sun # SuspiciousObservers # SystèmeSolaire #Totalitarisme #UMP # Universe Abbey Martin Academi Accords de Minsk Actus Addounia TV Afghanistan aidar AIEA Aleksandr Zakharchenko Aleppo Alexandr Zakharchenko Allemagne Al Qaeda Aléxis Tsípras AMericanSniper Andrew M. Lobaczewski Angela Merkel Arabie saoudite army Asia Times Online ASN ATO attentat attentats Auschwitz austérité azov Bachar el Assad Bashar al-Assad BCE Belgique Boeing bourgoinblog brennan BRICS Brookings Institution Bruxelles Brzezinski canada changements climatiques charlie Charlie Hebdo CharlieHebdo CharlieMoiNonPlus chasse aux quenelliers Chine cia climat CNN Commissaire Frédou Conflit conscription conspiracy Corrine Lepage Corruption Council on Foreign Relation coup d’État crash Crimée crise ukrainienne CSS Cuba cyberintimidation Daech Daesh Damas Damascus DANS Debaltsevo de la CIA democrats diplomatie DNR/DPR DOCS donbass donetsk DPR/LPR dualité Du chaos Démocrates EDF Empire du Chaos ENSREG ESC ESPAGNE esprit Eurasie Europe Eurozone extrêmes climatiques F.A.U. F. William Engdahl Fallujah false flag FAPRD FAU fausse bannière fbi Finances FMI FortRuss France Fukushima Gaza GEAB Georges Bush global research Globeistan Gorlovka Grande-Bretagne Grande Guerre Greenpeace Grexit Grèce Guerre Guerre Mondiale Guerre nucléaire gurantie mutuelle HelricFredou Histoire humanité Hungary Igor Korotchenko Information Infos INRA interview Irak Iran Iraq ISIS Islamic State Israël Jabhat al-Nusra Jean-Pierre Chevènement JesseVentura jeSuisDonbass Joe Quinn John Brennan julie levesque Kazzura kiev kirby Knight-Jadczyk Kouachi LA PONÉROLOGIE POLITIQUE Laura Knight-Jadczyk LE GRAND ÉCHIQUIER LeGrandÉchiquier le Saker Francophone Les Echos Liban Libye LIENS Limoges LINKS Lobaczewski loi C-44 loi Cazeneuve Lougansk luhansk maidan manipulationMédiatique Marioupol mariupol Martha Stout MassMedia matière Matteo Renzi mh17 Michael Zehaf-Bibeau Migration Military Minima solaire Minimum de Maunder Minsk Minsk 2.0 mobilization moiNonPlus Monde mondialisation.ca moscou Moyen-Orient Médias Naomi Klein Narcissisme nato neoNazis Netanyahou Newsweek New York Times Novorossia novorossiya NPD NSA NTV nuclear Nucléaire Obama oil OlegTsarov ONG ONU OPEN SOURCE Orthodox Church osce OTAN ottawa paris Parlement du canada pas Charlie pasCharlot pelosi pentagone Pentagoons Pepe Escobar PepeEscobar perception PM Zakharchenko Poland PolitiqueDuMal ponerologie Porochenko Pouchiline Poutine PRD Proche-Orient Propagande protestation Psychologie Psychopathie psychopathologie pĥysique quanta Rebelles RIYAD Roman Kosarov Ross Caputi Rossiya-24 RPD RPL RT.com RTFrance Russia Russie Réalité Réseau Voltaire saint-jean-sur-le-richelieu SakerFr Samsung Saudi Arabia Schopenhauer Science ScienceDuMal SCRS Sergey Lavrov Signes des Temps Silvio Berlusconi Sociopathie soul spirit Sputnik SRPJ St-Jean-sur-Richelieu stephen harper SURVEILLANCE Syria Syrian Free Press syrie Syrisias Syriza table-ronde TASS The sociopath next door Thierry Meyssan threat travail intérieur troïka Trêve Turquie U.S. government UE ukraine union UnionEuropeene UnionEuropéenne Union Européenne univers électrique USA USMarineCorps Valls-Cazeneuve-Taubira vancouver Vesti Vladimir Poutine Wall Street Wall Street Journal washington Washington's blog WENRA WSWS WSWS.org Yémen Zakharchenko Zbigniew Brzezinski Zone-7 Égypte État islamique ÉtatIslamique État Policier États-Unis ÉU âme ère glaciaire économie
%d blogueurs aiment cette page :